Serge Labégorre expose à la Galerie Au-delà des Apparences à Annecy du 4 au 25 juin 2016

Exposition personnelle avec des peintures récentes.

Vernissage, en présence de l'artiste, le samedi 4 juin à partir de 17h.

"Avec Serge, la peinture transcende tous nos sens" Christian Guex

A lire l'article de Christian Noorbergen : "Serge Labégorre ou la fin des ténèbres" - L'e-magazine de l'Art contemporain - La Brèv'Aralya - N°42, juin 2016

 

Galerie Au de-là des apparences - Annecy

15 rue Filaterie. 74000 Annecy (France)

Tél : 04 50 52 94 34
Portable : 06 80 07 87 29

Horaires de la galerie "Au delà les apparences" : Mardi de 14h à 19h - Du Mercredi au Samedi de 10h30 à 13h et de 14h à 19h et sur rendez-vous.

Publié dans expositions passees

CAutoportrait2007SergeLabegorre146x114acryliquesurtoilehristian Guex a organisé une nouvelle rencontre avec les oeuvres du peintre expressionniste français. Les toiles récentes de Labégorre ont été visibles à Annecy jusqu'au 14 juin 2014.

Le nouveau livre Serge Labégorre 2014 était disponible à la galerie durant toute l'exposition.

Galerie Au delà des apparences - Annecy

15 rue Filaterie. 74000 Annecy (France)

Tél : 04 50 52 94 34
Portable : 06 80 07 87 29
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publié dans expositions passees
mercredi, 06 mars 2013 16:52

Martine Gasnier - 16 novembre 2010

La peinture de Labégorre est entrée dans ma vie par effraction. Alors que je parcourais un peu distraitement une revue d'art, mon regard fut happé par un homme assis, terrible, se détachant sur un fond noir et rouge avec tant d'autorité que je ne pus lui échapper et entreprenais une recherche qui, avec l'aide de la fortune, me conduisit jusqu'à l'oeuvre d'un artiste devant lequel on s'incline.

C'est que, loin des discours fumeux sur l'art contemporain, ou ce qui lui sert parfois d'ersatz, nous sommes là confrontés à l'humain, corps et âme confondus. De leurs prunelles enténébrées, hommes et femmes nous fixent, impitoyables, pour nous entraîner dans leur nuit, peut-être ; pour nous rappeler le tragique de notre condition, toujours.

Et puis il a les nus, torturés, si loin de l'académique quiétude devant laquelle on passe, réssuré.

Publié dans textes & critiques