dimanche, 07 avril 2013 16:21

Serge Labégorre, par Armelle Bajard

En un regard, tout est posé. Ce qui se joue sur la toile se trouve dans l'œil qui nous accroche. Oubliés les autres acteurs, confinés dans l'obscurité. Qu'ils soient prélats ou simples profanes, les portraits de Serge Labégorre sont ceux de comédiens, surpris dans le pinceau du projecteur. La tragédie, à n’en pas douter, se déroule, lente, inexorable, mais ailleurs. Revenons au regard intense qui fixe. Derrière cette étincelle de vie, une trouée intérieure, une perspective en prise directe avec l'invisible. Cette œuvre répond à une grande tradition théâtrale où le verbe ne déploie sa toute-puissance que dans la retenue et le dosage subtil des silences.

Publié dans textes & critiques

sorbonnejEn 2002, Serge Labégorre se voyait consacrer une exposition rétrospective nationale à Paris, Chapelle de la Sorbonne, sous l'égide du Ministère de l'Education Nationale et de l'Université de Bordeaux II, en collaboration avec le Grand Conseil du Vin de Bordeaux, le Conseil interprofessionnel du Vin de Bordeaux et la galerie parisienne Pierre-Marie Vitoux, commissaire de l'exposition.

A cette occasion, la série des "papes" -il s'agit à plus proprement parlé de cardinaux- fut très remarquée ; "tenant compagnie, comme le fit remarquer dans un sourire le peintre, au Cardinal de Richelieu" dont le tombeau est établi dans cette chappelle.

Deux autres expositions faisaient écho à cet évènement parisien : l'une Galerie Vitoux, rue d'Ormesson (Paris 4ème), consacrée aux personnages et nus de Labégorre et l'autre Galerie Christine Phal, rue Mazarine (Paris 6ème), plus "centrée" sur les crânes et paysages du peintre aquitain.

Publié dans expositions passees
mercredi, 06 mars 2013 16:52

Martine Gasnier - 16 novembre 2010

La peinture de Labégorre est entrée dans ma vie par effraction. Alors que je parcourais un peu distraitement une revue d'art, mon regard fut happé par un homme assis, terrible, se détachant sur un fond noir et rouge avec tant d'autorité que je ne pus lui échapper et entreprenais une recherche qui, avec l'aide de la fortune, me conduisit jusqu'à l'oeuvre d'un artiste devant lequel on s'incline.

C'est que, loin des discours fumeux sur l'art contemporain, ou ce qui lui sert parfois d'ersatz, nous sommes là confrontés à l'humain, corps et âme confondus. De leurs prunelles enténébrées, hommes et femmes nous fixent, impitoyables, pour nous entraîner dans leur nuit, peut-être ; pour nous rappeler le tragique de notre condition, toujours.

Et puis il a les nus, torturés, si loin de l'académique quiétude devant laquelle on passe, réssuré.

Publié dans textes & critiques
mercredi, 06 mars 2013 16:12

Corps à corps

"La peinture est le contact d'un corps avec un corps. Je ne connais que cette relation chair à chair."

Publié dans réflexions
mercredi, 06 mars 2013 16:08

La vie, la mort

"Il m'arrive, à force d'insister, d'entrevoir l'inéluctable déchéance qui habite le visage humain et la mort au sein du vivant. Dans le regard de l'homme, il y a ce qui témoigne du tragique de sa condition, mais aussi le tremblement de vie ou l'espérance qui l'anime."

Publié dans réflexions
mercredi, 06 mars 2013 11:01

L’émotion esthétique

"L’émotion esthétique est ce qu’il y a de plus haut en l’homme. Elle est de l’ordre du spirituel. C’est elle qui nous fait part de la médiocrité, du désenchantement des jours."

Publié dans réflexions
mercredi, 06 mars 2013 11:00

je préfère la folie

"Nous sommes toujours guettés par deux précipices, le délire et la rigueur de la raison, elle suppose des métamorphoses mais je préfère la folie."

Publié dans réflexions
mercredi, 06 mars 2013 11:00

Le concept

« Il y a d’abord la pratique et l’expérience. Le concept ne vient qu’après, pour les éclairer. »

Publié dans réflexions
mercredi, 06 mars 2013 10:59

Le regard d'autrui

« Un instant toute l’humanité me regarde dans le regard d’autrui… »

Publié dans réflexions
mercredi, 06 mars 2013 10:58

La peinture, n’est pas que cérébrale

« La peinture, n’est pas que cérébrale. Certes, l’artiste pense avec des couleurs et des formes, mais il ne se coupe jamais de son corps réel, et s’il a un peu de sève, son corps pousse des profondeurs soufflantes jusqu’à des violences très pigmentées.
Il ne faut jamais perdre le contact avec cet immédiat de la création où s’abreuve l’existence même de la peinture.
Accéder au vrai passe par ce chemin, avant que le dernier regard ne s’épuise sur la définitive peau du tableau. »

Publié dans réflexions
Page 1 sur 3

Fonds Labégorre

  • Espace muséal du Fonds Labégorre
    2 impasse de la Lande - ZA Laubian 40510 Seignosse - France
    Entrée libre : du lundi au vendredi ouvert de 8h30 à 18h30 et le samedi de 11h30 à 18h30 (juillet et août jusqu'à 21h00). Le dimanche sur rendez-vous (sauf juillet et août : ouverture de 15h30 à 18h30).
  • Siège social
    2 avenue du Général de Gaulle 40230 Tosse - FRANCE

Accès presse

connexion