mardi, 30 avril 2013 14:03

Regards sur la peinture contemporaine - mai 1969 - Daniel Saunier

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

" J'éprouve toujours un vif plaisir à visiter une exposition de Serge Labégorre (écrit, en octobre 1968, Daniel Saunier dans le Courrier Français). Ce jeune Libournais est l'un de nos meilleurs Girondins. Sa vigueur, son coloris ont quelque chose de sain.

"Et aussi ses sujets.

"Naturaliste, réaliste (néo), qu'importe : laissons ces querelles de mots.

"Il rouve, lui, la justification de son geste et son poids, aussi bien dans le portrait, le paysage, la nature morte, que dans cette humanité saisie dans ce qu'elle a de plus naturel, de plus libre (sa précédente suite des "Baigneurs"). Le tout sans autre philosophie que celle des sages pour qui la vision de ces types, de ces choses, est bonheur suffisant.

"Bonheur de qui sait voir et qui, le sachant, aime. Chacune de ses toiles est un geste amical, un élan.

"Et, sans nul doute, Labégorre est-il riche à revendre de cette amitié, puisque ses plus grandes peintures sont souvent les meilleures.

"Mais les autres, pourtant, jusqu'aux gouaches où le même chant résonne... Petit format, grand format, papier, toiles, toute peinture de Labégorre est un moment plein de soleil, joyeusement vécu, offert pour une joie semblable.

"Et su simplement dit !

"Certains suh=jets pourraient être anodins : mais Labégorre est un grand artiste."

Lu 4799 fois

Laissez un commentaire