P1241758taylor2014visite9vignetteSerge Labégorre a commencé l'année 2014 par une belle exposition dans les salles de la Fondation Taylor, 1 rue La Bruyère, Paris 9ème.

"La Fondation Taylor, association fondée en 1844 et reconnue d'utilité publique en 1881, est aujourd'hui une des plus importantes institutions oeuvrant à la défense des artistes.

Les expositions sont un des moyens pour répondre à sa vocation de promotion de l'art et de soutien à la création contemporaine. A ce titre, les urfaces et moyens techniques sont gracieusement mis à la disposition des artistes ; les ventes d'oeuvres étant à leur seul et entier bénéfice."
(La Fondaton Taylor)

Lauréat en 2012 du Grand prix de la Fondation, le Grand Prix Baudry, Serge Labégorre a investi les cîmaises de la rue La Bruyère, invitant à ses côtés, le jeune et talentueux peintre expressionniste Jean-Pierre Ruel, ainsi que la sculptrice Annick Leroy.

 

Publié dans expositions passees

IMG 6119vernissageEn août et septembre 2013, Danielle Bourdette Gorzkowski expose plus de 60 toiles de Serge Labégorre, pour la plupart très récentes.

Un accrochage puissant, fort et bouleversant.

Un accrochage doublé de l'exposition des sculptures de Annick Leroy, sculpteur figuratif contemporain.

Le vernissage, le 10 août 2013 en fin d'après-midi, rassembla de très nombreux amateurs et collectionneurs. Touchés, impressionnés, émus.

Un bel article a été consacré à l'artiste et à sa galeriste, pour cet évènement 2013, dans Ouest France (jeudi 15/08/2013), sous le titre : Labégorre, peintre expressionniste et esthétique.

Publié dans expositions passees
mercredi, 06 mars 2013 11:05

Illimité est l'obscur !

"Tout part du réel. Y a t-il d'autre trajet possible que d'installer le visible et de le basculer dans le gouffre où s'agitent tant de remous ?
Illimité est l'obscur ! Entre l'apparence du premier élan et la fulgurance des profondeurs qui l'aspirent, se glisse la vue et s'allonge l'oeil, jusqu'aux portes de la création.
Chaque jour je creuse pour savoir à quoi ça ressemble d'être. La destinée de l'homme est habitée par son angoisse de mourir d'être né. La mort est son plus vieux souvenir : elle tapisse l'arrière-fond et l'entrelace de ces passions que Van Gogh qualifiait de terribles, parce qu'elles incendient nos vies."

"Dès mon adolescence, j'ai su que quelque en nous méritait de ne pas mourir. J'étais dans un esprit d'abandon, de gratitude envers ce qu m'arrivait. La peinture m'a sauvé la vie."
(extrait de "Serge Labégorre. Coups de sabres dans la nuit." ArtsThree)

Publié dans réflexions

Visages sévères, parfois impassibles ; mains imposantes, voire disproportionnées ; hommes d’Eglise et femmes élégantes jaillissant du fond noir dont les multiples poses suggèrent tour à tour la conscience de soi et de sa fonction, le recueillement sans oublier la volupté. Les toiles de Serge Labégorre se distinguent par leur hiératisme et monumentalité.
Qui est Serge Labégorre ? Qui est ce peintre considéré par certains comme un « intellectuel qui se garde bien de l’être » (Gérard Xuriguera) ?
L’homme peint depuis plus de soixante ans, explorant par ses œuvres les atermoiements, contradictions et passions de nos contemporains. Cette obsession de la figure humaine évoque celle éprouvée et mise en scène par ses lointains prédécesseurs de la Renaissance. Néanmoins, l’anthropocentrisme de Labégorre se démarque de ses devanciers optimistes – il n’a rien de triomphant !

Publié dans textes & critiques
samedi, 01 décembre 2012 14:30

Limoges (septembre et octobre 2009)

IMG 3189La galerie limougeode "En Aparté" a exposé Serge Labégorre du 19 septembre au 31 octobre 2009.
C'était une première présence de l'artiste figuratif expressionniste français à Limoges.

Cette exposition présentait à la fois des oeuvres très récentes du peintre, mais aussi de plus anciennes, voire quelques oeuvres peintes à ses débuts, dans lesquelles on trouve déjà son geste, son trait, une autorité, pourtant attentive et bienveillante, malgré les brutalités auxquelles notre condition d'homme nous confronte.

A cette même période, fruit de leur rencontre, un magnifique texte de Myriam Soria, universitaire française a été publié, dans le cadre de son étude "Les corps déchirés".

Publié dans expositions passees